29 mars 2021

Télétravail : leçons et perspectives

Depuis un an, la numérisation est en plein essor dans de nombreuses entreprises en raison de l’épidémie de coronavirus. La plupart des travailleurs sont dès lors contraints et forcés de télétravailler à temps plein. Certaines entreprises ont mieux géré que d’autres les multiples défis liés à ce changement. Mais où en est-on maintenant avec le télétravail, environ un an après le début de la pandémie ? Quels sont les principaux points d’attention et, surtout, comment la situation évoluera-t-elle à l’avenir ? Nous avons interrogé Olaf Raemaekers, coach de carrière chez Itzu Career.

«Une bonne politique de télétravail permet de relever les plus grands défis»

Olaf Raemaekers

Selon vous, quelle est la principale leçon que nous pouvons tirer de l’année écoulée ?

« Nous avons constaté que beaucoup d’entreprises ont été prises de court par le télétravail », explique Olaf Raemaekers. « Dans de nombreux cas, elles n’ont pas eu le temps de rédiger une politique de télétravail, alors qu’il est essentiel d’établir des règles et de prendre des accords clairs à ce sujet. Ces règles dépendent de plusieurs facteurs : la nature du travail, le type d’organisation, la culture d’entreprise…

Certains emplois sont par exemple strictement liés à des heures fixes pendant lesquelles le travailleur doit être disponible ou effectuer certaines tâches. D’autres emplois peuvent en revanche être pourvus plus librement : la politique de télétravail peut dès lors aussi être plus flexible. Lorsque vous rédigez une politique de télétravail, il est également important d’écouter vos collaborateurs. Qu’est-ce qui est important à leurs yeux ? Vous pouvez discuter du sujet et prendre en compte le bien-être et l’ergonomie de vos collaborateurs. »

Quels sont les avantages et les inconvénients du télétravail ?

« Les avis des travailleurs sur la question sont très différents », poursuit Olaf Raemaekers. « Mais de récentes études soulignent également quelques avantages qui valent pour toutes les entreprises. Elles font des économies sur les frais d’établissement, gagnent du temps grâce à une meilleure gestion du temps et notent une hausse de la productivité de leurs collaborateurs. En effet, comme ils sont plus indépendants, ils assument davantage de responsabilités. »

« Certains inconvénients se manifestent également dans la plupart des entreprises », continue Olaf Raemaekers. « Le télétravail a par exemple un effet négatif sur l’engagement de vos collaborateurs. Et cela a plusieurs conséquences. D’une part, les salariés s’éloignent de l’organisation et, d’autre part, ils risquent davantage d’être touchés par l’isolement social. En outre, de nombreux collaborateurs ont moins tendance à s’arrêter de travailler à une heure fixe, ce qui perturbe l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée. De plus, tout le monde ne dispose pas chez soi d’un environnement de travail calme où il est possible de s’isoler, ce qui entraîne des problèmes de concentration. »

Quel est l’avenir du télétravail ?

« Le télétravail offre de multiples avantages, surtout lorsqu’il est pratiqué un nombre limité de jours par semaine », explique Olaf Raemaekers. « Une fois que vous augmentez le nombre de jours, les inconvénients prennent le dessus. À l’avenir, nous nous dirigerons plutôt vers un système hybride. L’accent sera mis sur la liberté individuelle de vos collaborateurs. Ils pourront choisir à certains moments de travailler de chez eux ou de se rendre au bureau. Les entreprises doivent tenir compte du fait que les avantages pour les travailleurs individuels impliquent parfois des inconvénients pour l’équipe. Si chacun pense avant tout à son intérêt personnel, des frustrations et situations chaotiques apparaîtront tôt ou tard. Il est donc important de prendre des mesures concrètes et claires, de structurer ce processus et de l’adapter à votre organisation. » 

« Une chose est sûre », enchaîne Olaf Raemaekers. « Tous les individus ont leurs propres désirs et attentes. Certains veulent par exemple travailler tous les jours de chez eux. À l’inverse, d’autres préfèrent travailler à temps plein au bureau ou rester chez eux deux jours par semaine. Une politique de télétravail bien élaborée tient compte d’une grande partie des défis qui en découlent pour les organisations. »

Coach de carrière, Olaf Raemaekers donne 3 conseils aux employeurs pour le télétravail :

1. Maintenez le contact entre vos collaborateurs. Pendant la pause de midi, essayez par exemple de faire une promenade virtuelle ensemble. Cet exercice stimule également la production de dopamine, ce qui rend littéralement les travailleurs plus heureux.

2. Aidez autant que possible vos collaborateurs à aménager un espace de télétravail confortable. Permettez-leur par exemple d’emporter leur chaise de bureau chez eux.

3. Accordez suffisamment d’autonomie à vos collaborateurs. Les gens ont tendance à travailler plus longtemps quand ils sont chez eux. Ce n’est donc pas un problème s’ils prennent une petite pause imprévue, font le plein d’énergie, puis se remettent au travail.

Terug naar overzicht Article suivant